Pub sauvage et pollution visuelle

Incroyable mais vrai, tout au long des mois de septembre et octobre 2012 la ville toute entière, et pas seulement notre quartier, a été prise en otage par des poseurs d’affiches jaune et orange fluo à tous les coins de rues, sans en oublier un seul.

 

Les marchands de tapis, fripes et matelas ont envahi la cité de leurs panneaux « flashy », sans autorisation municipale selon nos informations.

 

Sur lesdits panneaux, aucun nom de société, aucune coordonnée, on est dans la transparence totale…

 

Ces affichages sauvages, qui constituent une pollution visuelle imposée chaque jour aux habitants, sont inacceptables ; par le présent article l’ADIQ sollicite les responsables municipaux compétents afin qu’ils veuillent bien veiller à solutionner cette situation. On leur en sera reconnaissants.
 
Novembre 2012
Comments