Parc de l'Orangerie : en restauration

RENOVATION DU PARC DE L’ORANGERIE suite

La rénovation du plus beau parc de la ville se poursuit avec la récente réfection totale de l’allée Joséphine. Le vilain macadam a laissé la place à un revêtement naturel conforme à ce parc historique. Les érables, dont beaucoup manquaient, ont été remplacés par quatre rangs de tilleuls, les nouveaux lampadaires à led mais au look rétro sont du meilleur effet (et le confort des nouveaux bancs a été testé préalablement par l’Adjoint O. Bitz…). La fontaine de la Charmille, qui vient d’être réparée dans les règles, a été remise en eau début mai. Quant au pavillon Joséphine, il fermera ses portes au début de juillet et ce pour 10 mois, pour cause de mise aux normes d’accessibilité et de rafraîchissement intérieur partiel.

Mai 2012

 
PARC DE L’ORANGERIE : LES TRAVAUX ONT COMMENCÉ
(novembre 2011)


Dans le cadre de la remise en cohérence du parc de l’Orangerie, les travaux de réfection de l’allée Joséphine ont commencé, et devraient se terminer au printemps 2012. Son « surnom », allée des Erables, ne sera plus de mise dès lors que les tilleuls auront été plantés à leur place, sur quatre alignements tel qu’autrefois. En même temps l’allée centrale sera réduite en largeur et les deux contre-allées élargies, conformément aux plans de jadis.


Le pavillon Joséphine devrait entrer en travaux de mise aux normes pour la réception du public à compter de juillet 2012 et pendant huit à neuf mois.


Concernant la mini-ferme du zoo, celle-ci sera rénovée entre le premier et le quatrième trimestre 2013.


A noter que la fontaine de la charmille, en restauration depuis longtemps, sera remise en place pour la mi-décembre 2011.


JLD novembre 2011

 

ORANGERIE, SUITE

(mai 2011)

La rénovation, doublée d'une remise en cohérence, du parc de l'Orangerie, souhaitée par l'Adjoint M. Bitz (Quinze de novembre 2009) commence petit à petit.

Les aménagements pour enfants ont été refaits : à l'aire de jeu entre l'araignée et la piste de skate, ont été remplacés le bac à sable, les balançoires, le grillage pour enfants ; les rondins, plus aux normes, ont été enlevés ; un nouveau jeu pour les 8/12 ans est en projet. Côté aire de jeu du château-fort, ce sont les quatre balançoires et la maisonnette qui ont été remplacées.

L'aire de détente pour chiens a du succès (rappelons que le réglement prévoit que dans le parc les chiens doivent être tenus en laisse).

Sur le plan des enjeux arrive d'abord la restructuration du zoo et la mini-ferme. Une difficulté majeure sera probablement pour le futur projet de savoir respecter, par son architecture et son aspect, le cadre historique de ce parc classé au titre des Monuments Historiques. Le financement des travaux devrait être une difficulté d'un autre ordre, mais cela n'est pas une nouveauté ; un partenariat privé devrait notamment être recherché.

L'allée des Erables sera refaite ainsi que prévu en 2011.

JLD

 

BREVES DE L’ORANGERIE

(mai 2010)

Dans notre numéro de novembre 2009 nous évoquions le projet de restauration du parc de l’Orangerie. Voici donc où en est le dossier.

Groupe de travail : Le groupe mis en place par la Ville pour travailler sur le projet, constitué de l’Adjoint de quartier M. Bitz, de représentants des services de la Ville, du Conseil de Quartier, d’associations dont l’ADIQ, et des commerçants du parc, s’est réuni le 5 février 2010.

A cette réunion le bureau d’études parisien Arborescence a présenté son plan de gestion pour la mise en valeur du parc, avec approche historique et analyse de l’état actuel avec mise en évidence des éléments à revoir.

Pour notre part nous avons mis l’accent sur le nécessaire respect du caractère patrimonial du parc, classé au titre des Monuments Historiques. Nous avons également indiqué que le moment était opportun pour restituer au parc son octroi, très joli petit bâtiment de style néo-classique qui trouverait un emplacement idéal et utile sur le promontoire arboré situé en bout de l’allée des érables et en bordure de la rue François-Xavier Richter, dans le cadre d’un projet de parcours européen sur lequel travaille le Conseil de Quartier (voir article Conseil de Quartier dans ce numéro).

Ont également été évoqués l’avenir du bunker (le Tribunal a décidé que la Ville était propriétaire, l’Adjoint ayant auparavant pris la mesure conservatoire de sécuriser les lieux par installation d’une clôture), de la piste de skate, des commerces… et bien sûr de la mini-ferme et du zoo, dont le président avait amené pour l’occasion un plan-projet de réaménagement moderne constitué notamment de plusieurs petits chapiteaux blancs.

Le début des travaux, lorsque le groupe aura terminé son travail, pourrait intervenir courant 2011.

Eclairage du parc : Dans le Quinze de novembre 2009 nous vous parlions de notre souhait que ne soit pas mis en place un éclairage coloré dans un tel parc classé. L’Adjoint M. Bitz nous a entendus, ainsi que certainement les habitants qui se sont prononcés par remise de bulletins : c’est un éclairage classique qui sera refait, ainsi qu’il sied à ce lieu. Bravo !

Doris rangée des voitures : Doris Gastaldo, figure incontournable du parc en tant qu’exploitante du manège de petites voitures et des canots du lac depuis 25 ans, et la famille Gastaldo depuis 54 ans, ayant pris sa retraite, la question se posait de la reprise de ces activités auxquelles sont attachés les Strasbourgeois.

Un jury municipal a finalement retenu l’un des cinq ou six candidats en lice, en la personne d’un jeune, Frédéric Couvert, qui présentait le meilleur profil pour cette exploitation. Bien que venant d’un secteur différent, l’immobilier, il semble, à voir l’attention qu’il porte aux enfants, que Frédéric avait raté sa vocation et qu’il a trouvé ici la vraie. Bonne route et bon vent !

Parcours de santé : Nombreux sont les adeptes du footing sur le pourtour du parc. La Ville a jalonné le circuit au sol tous les 100 mètres sur les 2 km de course, ce qui est utile aux coureurs en plus d’officialiser de fait ledit parcours de santé.

Espace pour les chiens : Décidé par l’Adjoint M. Bitz, ce vaste espace dédié aux chiens, délimité par une clôture en bois s’intégrant bien dans le site, est situé à l’angle Est du parc, près du terrain dit de tam-tam. Des bancs ont été disposés pour les maîtres et prochainement un point d’eau permettra d’abreuver les chiens.

Un bel endroit où les maîtres peuvent désormais libérer leurs chiens qui sinon doivent être tenus en laisse dans le parc, règlement oblige et contravention à la clé. Cet équipement vient s’ajouter aux deux terrains de pétanque et aux deux tables de ping-pong installés dans ce secteur.

Sécurité : Depuis début avril la police municipale est présente dans le parc pendant six heures dans la journée (la nuit sur appel en cas de problème : 03 88 84 13 05).


ORANGERIE : RESTAURATION PROGRAMMÉE
(novembre 2009)
Redonner son lustre d’antan au plus beau parc de la ville et de la région, poumon vert de l’agglomération, joyau du quartier, telle est la volonté, légitime, de la Municipalité.
 
Voilà des décennies que le parc de l’Orangerie n’est plus géré dans une vision d’ensemble : tel élément rajouté ici, tel autre enlevé là… sans véritable cohérence globale.

Un exemple au passage : au droit de la façade ouest du pavillon Joséphine, une fontaine d’art contemporain, à l’esthétique discutée, a pris la place, dans les années 1990, de la regrettée fontaine au dauphin aujourd’hui casée au musée d’art moderne (l’inverse eut été plus logique…).
 
D’autre part certains secteurs du parc sont sur-utilisés, tandis que d’autres le sont peu. Comment utiliser au mieux l’endroit en fonction de ses usages de loisir, culturel, festif, sportif ou commercial, telle est également la réflexion engagée.
 
Dans cette optique, l’élaboration d’un « plan de gestion » du parc a été confiée à un bureau d’études qui devrait rendre ses propositions en fin d’année.
 
L’allée des Erables à revoir
 

Certaines interventions incontournables sont prévues quoi qu’il arrive. A commencer par la réfection globale de l’éclairage, en attente depuis des années (voir encadré).

Le réaménagement de l’allée dite des Erables (qui va depuis le pavillon Joséphine en direction du Bon Pasteur) verra ses deux lignes d’érables, hétérogènes, manquants ou malades, remplacées par de nouveaux sujets (l’essence, identique ou différente, n’est pas encore arrêtée).

L’ensemble des mobiliers (bancs, poubelles, panneaux d’information…), seront renouvelés. Seront également à reconstruire : les bassins étagés à l’arrière de l’îlot du lac, qui ne sont plus étanches.

La fontaine de la charmille, outragée par la chute d’un arbre plus que par celle des ans, a été déposée aux fins de restauration en atelier jusqu’à l’été prochain.
 
 
Quid du zoo, du fortin, du skate-parc…?
 

D’autres interventions pourront être identifiées par le plan de gestion en cours.

Un gros morceau est le zoo, qui n’est pas géré par la Ville mais par une association, et souffre de difficultés chroniques de financement et de sécurisation. Suite à une volonté partagée, une réflexion est menée par la Ville sur son avenir. Le volet pédagogique devrait être amélioré. La sécurisation des lieux la nuit sera revue. L’accès devrait demeurer gratuit et un appel être lancé au mécénat entrepreneurial et particulier, l’Adjoint O. Bitz estimant à juste titre que le contribuable ne peut pas tout payer.

Le fortin-bunker, pour sa part, mériterait d’être sécurisé et peut-être affecté d’un usage, mais une incertitude plane sur sa propriété (la Ville ou l’Etat ?), sur laquelle se penchent actuellement les juristes.

L’avenir du skate-parc, et celui de l’espace « tam-tam » (le long du canal de la Marne au Rhin), sont à l’étude.

Un atelier de projet, composé des associations de quartier, du Conseil de quartier et des commerçants du site, doit être mis en place incessamment pour réfléchir aux enjeux du parc et émettre des avis.

 
 
Temple de l'Amour
 
 
Le ravissant petit temple de l’amour d’époque Empire, aux jambes flageolantes, vient d’être opéré après trois ans de souffrance due aux infiltrations d’humidité. Dix colonnes flambant neuves le portent gracieusement comme par le passé (certains s’étonneront de l’emploi du lamellé-collé de bois, procédé moderne dérogeant aux bonnes règles de restauration ; à la décharge des décideurs, cela est plus aisé que de se procurer dix troncs de chêne).

 

Et l’ancien Octroi du parc ?

Ce réaménagement du parc est le moment ou jamais de penser à y remonter son ancien Octroi.

A l’ADIQ nous poussons depuis longtemps, à la demande des habitants, à ce que l’ancien Octroi, enlevé de la pointe est du parc dans les années 1960 pour les besoins de la réfection du pont de la Porte du Canal, et dont les pierres sont stockées sur un terrain municipal, soit remonté près de son emplacement d’origine.
 
L’emplacement envisagé pour le remontage était l’espace « tam-tam » puisque l’Octroi s’y trouvait à l’origine. Toutefois l’idée a été judicieusement émise en Conseil de quartier qu’il gagnerait à être remonté plutôt sur le promontoire arboré situé en bordure de la rue François-Xavier Richter, au droit de l’allée des Erables.

Il est vrai qu’à cet endroit l’édicule trouverait plus aisément un usage, et surtout qu’il serait magnifiquement mis en valeur, ajoutant par là-même au prestige du parc, étant précisé que la facture architecturale du petit édifice est en cohérence avec celle du pavillon Joséphine, toutes proportions gardées.

Dans l’hypothèse où la Municipalité aurait omis de signaler cette question au bureau d’études – ce que nous ignorons –, il serait urgent qu’elle le fasse avant que ce dernier élabore son plan de gestion.

A parc classé, éclairage classique !

La Municipalité a invité les habitants à choisir entre deux propositions : un éclairage du parc classique (blanc) et un éclairage coloré sophistiqué.

Pour la proposition colorée, un bureau d’études a mis en place, à titre d’essai, un matériel qui aboutit à des couleurs rose, bleue, violette, etc., avec des effets dynamiques passant d’une couleur à une autre.

L’allée des grands platanes, par exemple, est éclairée en rose (« magenta » pour le bureau d’études).

Les amateurs de couleur et de changement pourront être séduits par cet éclairage moderne. Les autres, qui réfléchiront au classement du parc au titre des Monuments Historiques, préfèreront sans hésiter un éclairage classique : il importe de respecter ce site exceptionnel et de ne pas le dénaturer.

Car si les habitants savent que le pavillon Joséphine est classé au titre des Monuments Historiques, moins nombreux sont ceux qui savent que le parc dans son ensemble l’est aussi.

L’îlot du lac est certes beau éclairé en bleu et en violet, mais ne le serait-il pas tout autant avec un éclairage classique mettant en valeur ses couleurs naturelles ?
 
Dans cet esprit de respect, le nouvel éclairage de l’Orangerie gagnerait à s’inspirer de celui du parc de la Citadelle, repensé de manière exemplaire, en l’occurrence par le même bureau d’études.
 
Novembre 2009
Comments